Gainsbourg enchante les choristes… qui le lui chantent bien !

 Pour les 166 choristes présents, c’est un weekend placé sous le signe de la (re)découverte. Avec la thématique « Gainsbourg et ses enfants », la chorale Coup d’Chœur propose, à l’occasion de la 22ème édition de son week-end chantant, un voyage inédit dans l’univers si particulier de Serge Gainsbourg, artiste de renom dans tout l’hexagone. C’est donc en toute logique que des choristes de toute la France se soient réunis à Troyes pour cet événement. Et, en ce qui concerne l’équipe artistique, il en va de même puisque Martin Le Ray a fait le trajet depuis Nantes tandis qu’Anneline Fontmarty, elle, est venue de la région toulousaine. Tous deux ont rejoint Christophe Allègre, pianiste accompagnateur de ce week-end.

 

Voir l'album photo

 

« Nous nous sommes longuement demandé comment aborder l’immense répertoire de Gainsbourg pour ce week-end chantant. Il fallait que l’on retrouve quelque chose qui parle à tout le monde mais aussi une certaine pointe de nouveauté ». Il faut reconnaître que Lucien Ginsburg, dit Serge Gainsbourg, a imprégné la variété française de nombreuses ambiances musicales. On note un certain côté jazzy à ses débuts mais aussi des airs emprunts du classique comme dans « Initial BB », en passant par le reggae du titre « Aux armes et cætera ». Mais Gainsbourg, c’est aussi un artiste qui a beaucoup écrit pour les autres tels que : Françoise Hardy, France Gall, Brigitte Bardot ou encore Vanessa Paradis. Son style inimitable a marqué les générations et les décennies. Il inspire encore aujourd’hui de nombreux artistes comme Renaud ou Etienne Daho. « Avec la thématique « Gainsbourg et ses enfants », nous avons essayé de piocher dans tout l’univers de cet homme et de proposer trois titres mêlant la richesse de son passage dans la chanson française ». Ainsi, les choristes ont pu découvrir « Le Cha cha cha du loup » issu de son propre répertoire, replonger dans la nostalgie avec « Ex-fan des sixties » rendu célèbre par Jane Birkin et enfin appréhender l’influence actuelle de Gainsbourg avec le titre « La Chanson des vieux cons » écrite par Benjamin Biolay pour Vanessa Paradis.

Weekend chantant Troyes 1718mars2018MariannePatin 14

 Retour dans les années 60 avec « Ex-fan des sixties » (paroles et musique : Serge Gainsbourg ; interprète : Jane Birkin). Dans son harmonisation et sa direction, Martin Le Ray, transporte le choriste dans deux ambiances. D’une part, la « folie yéyé » avec tous ses gimmicks entêtants ; de l’autre, une nostalgie plombante lorsque la réalité nous rattrape. « Que sont devenues toutes tes idoles ? », question qui ramène au souvenir des excès de ces artistes ou à la séparation de groupes mythiques. La particularité de cette harmonisation, c’est qu’elle a été écrite pour être chantée a cappella. Les voix d’hommes et d’altos se transforment alors en un accompagnement rythmé et rythmique qui vient dynamiser et donner du pep’s au titre. Pour Martin Le Ray, « les choristes ont bien adhéré à cette ambiance « sixties » et se sont appropriés la chanson et c’est vraiment l’objectif en week-end chantant ». 

« Le Cha cha cha du loup » (paroles : Serge Gainsbourg ; musique : Serge Gainsbourg et Alain Goraguer) est le titre « découverte » de l’univers de Gainsbourg. Issue de ses débuts, c’est une chanson très jazzy qui conserve néanmoins toute l’ambigüité que Gainsbourg intègre très fréquemment dans ses textes. Weekend chantant Troyes 1718mars2018MariannePatin 31On passe du fait d’être un simple spectateur à devenir nous-mêmes des personnages de cette histoire qui nous est contée. «Gainsbourg va encore plus loin, explique Anneline Fontmarty, puisqu’il mêle deux personnages très opposés : le loup et le petit chaperon rouge. L’histoire devient presque « incestueuse » par moment et c’est là tout le génie de Gainsbourg puisqu’on frôle les limites sans jamais les atteindre ». L’harmonisation de ce titre signée Brice Baillon joue de cet angle double laissant apparaître des « basses loups » et des « ténors chaperons rouge » sous des contre chants féminins apportant à la fois une touche sensuelle au titre et un petit rythme dans la peau à coups de « cha cha cha » susurrés. « Peu de choristes connaissaient cette chanson en arrivant mais elle est assez pêchue et très dansante pour que chacun se l’approprie rapidement et prenne plaisir à la chanter ! »

 Parmi tous les artistes et titres influencés par Gainsbourg, il en est un qui fait doublement écho : « La Chanson des vieux cons ». Benjamin Biolay, son auteur et compositeur, s’imprègne très largement de la poésie, de la verve et de la puissance des mots de Gainsbourg devenant ainsi un de ses « enfants artistiques ». Le titre, écrit pour Vanessa Paradis, est également un clin d’œil à l’artiste puisqu’il lui avait offert les tubes « Dis-lui toi que je t’aime » ou encore « Tandem ». Dans cette harmonisation de Rémy Galichet, les textes poignants sont soulignés, accompagnés par un contre-chant mélodieux générant parfois encore plus de caractère aux mots, entraînant par moments une véritable coupure et respiration. Dans cette chanson, le corps est vraiment au service du texte. La technique vocale et les silences sont très importants pour appuyer et mettre en valeur le propos. « On a vraiment eu de très beaux moments sur ce titre, conclut Martin Le Ray, de belles émotions ».

 

Weekend chantant Troyes 1718mars2018MariannePatin 16

Le samedi soir et pendant une heure et demie, les trois compères du groupe des Aquoibonistes, revisitent les plus grands tubes mais aussi et surtout une grande majorité de titres peu connus de Gainsbourg dans une orchestration très jazzy. Le résultat est tout simplement bluffant et les choristes sont conquis ! « On était venu à ce week-end chantant pour casser un peu notre quotidien parisien, raconte Marie-Odile. Et on a trouvé ici ce qu’on était venu chercher. On a même découvert une partie du répertoire de Gainsbourg que l’on ne connaissait pas du tout ». Bernard ajoute même « Ça donne envie de réécouter les anciens albums de Gainsbourg ! ».


 

En savoir plus sur Coup d'Choeur !

 

 

Reportage : Mariane Patin

 

 

 

 

 


Je n'ai pas encore de compte, s'enregistrer

Se connecter à mon compte