Au Nord, c’étaient les chansons !

Pour son 23ème week-end chantant, le groupe « Coup d’Chœur » de Troyes a souhaité rendre hommage aux « Voix du Nord ». Tout au long du week-end, les 143 choristes ont ainsi découvert successivement l’humour de Lénine Renaud avec "Mon pote et mon chien", et la profondeur de Presque Oui avec "Aimons-nous", avant d’entonner le bel hommage d’Alain Souchon aux plages septentrionales, "Le Baiser". Côté équipe artistique, avec Fabrice Pereira à la direction et Antoine Houbron au piano, les ch’tis étaient au rendez-vous. Le Nantais Guillaume Le Ray complétait ce duo nordique : « Je suis breton donc l’alcool et le mauvais temps, ça me connait ! ». Le ton du week-end était donné.

 

Voir l'album photo

 

Week end chantant de Troyes Coupdchoeur les 16 et 17 Mars 2019 1656

Aimons-nous (harmonisation de Martin Le Ray) est un appel à la réflexion, à la remise en question. Malgré les coups du sort, est-on capable de faire un bout de chemin ensemble ? « Finalement, l’idée générale de cette chanson peut être expliquée en une phrase extraite du Baiser de Souchon : "si tout est moyen, si la vie est un film de rien, ce passage-là était vraiment bien" » résume Guillaume Le Ray.

Le Baiser (harmonisation de Crystel Galli), c’est l’histoire d’une courte rencontre inattendue, un peu à l’image d’un week-end chantant où l’on partage quelques bons moments ensemble avant de repartir chacun chez soi. Tout au long du titre, la mélodie passe d’un pupitre à l’autre, tandis que les accompagnements à base de « twida » rappellent le vent et le mouvement de l’eau sur les digues. « En mélangeant les pupitres, on instaure un échange de regards qui viennent renforcer le chœur au lieu de le fragiliser » explique Fabrice Pereira.

Week end chantant de Troyes Coupdchoeur les 16 et 17 Mars 2019 1572

Mon pote et mon chien (harmonisation de Pierre Marescaux) permet d’amener un peu de légèreté à ce week-end chantant : le « pédigrée », « cou-couche panier » ou « tenir en laisse » sont des expressions associées l’ami plutôt qu’à l’animal. Ici, pas de prise de tête. Les choristes s’amusent. « Au piano, la difficulté de ce titre, c’est de retranscrire l’aspect country/blues guitare de l’original, explique Antoine Houbron. On veut donner la pêche aux choristes… et on dirait que ça marche ! ». À voir la mine des choristes à la pause, il semblerait que l’objectif soit en effet atteint.

Le samedi soir, pour rester dans le thème, Les 7 Mères Veillent s’ont venues compléter ce week-end « Voix du nord » grâce à leur interprétation d’harmonisations à trois voix de femmes. Avec elles, on passe du stéréotype de la femme au foyer dans une adaptation humoristique de « Et si tu n’existais pas » de Joe Dassin à une version plus moderne, 100% féministe et engagée, avec des titres comme « Quand c’est non, c’est non » de Jeanne Cherhal ou « Sumangali » de Clarika. Dans un décor très intimiste, elles invitent le spectateur à entrer dans leur univers et retracent les grands thèmes de leurs vies : leurs émotions de femmes, leurs angoisses de mères, leur complicité entre copines, qu’elles parcourent avec poésie et humour.

Bref, la magie des « Voix du Nord » a opéré pour les participants. Parmi eux, les choristes de Coup d’Chœur ont aussi trouvé là une bonne occasion de se familiariser avec Fabrice Pereira qui, à la suite de Julie Rousseau, reprendra la direction du groupe à la rentrée de septembre. De belles perspectives pour poursuivre le voyage !

27907734 396157110832295 8960728381687098685 o

 

 

Mariane Patin

 

 


Je n'ai pas encore de compte, s'enregistrer

Se connecter à mon compte