La chanson donne des ailes à Saint-Saëns

De multiples oiseaux en papier, une volière et même des choristes au long bec ou à plumes : le printemps semblait avoir un peu d'avance, dans la salle de Saint-Saëns baignée par le soleil. Pour la 13e fois, la chorale "Ensemble" et son chef de choeur Philippe Lefrançois y organisaient un week-end chantant, avec le sens de l'accueil que l'on connaît aux Normands. 195 participants et 35 chorales avaient répondu à l'appel.

 

Au programme des festivités, trois titres aux univers bien différents. Le temps, des Ogres de Barback, adresse un pied-de-nez au temps qui passe. Aux manettes, Bruno Berthelat invite à entrer de suite dans la chanson sans partition, l'expression et le geste aidant à mémoriser et interpréter. Fabrice Pereira prend ensuite le relais sur Oiseau malin, titre de Souchon et Voulzy, monté pour la première fois en version choeur. "Il faut plus de texte que d'emphase vocale" recommande le chef, dans cette chanson enlevée, très émouvante, le petit oiseau symbolisant le peuple qui risque de se soulever face à un système financier sans scrupules.


WEC st Saens 2016 Delphine FosseEnfin, La parisienne, titre fétiche de Marie-Paule Belle datant de 1976, raconte les découvertes d'une jeune provinciale à son arrivée dans la capitale. Le texte, fort drôle, est un pur bonheur à interpréter grâce à la belle harmonisation de Christophe Allègre, pianiste du week-end. "Cette chanson est un jeu. Elle a un côté théâtral. On s'amuse avec les intentions" confie Bruno, à la manoeuvre sur ce 3e titre. Par moments, les filles peuvent donc se prendre pour Céline Dion et les garçons pour Roberto Alagna...
Rigueur, professionnalisme et humour : l'équipe artistique a fait l'unanimité en Normandie. Au moment de l'aubade finale de dimanche, il fallait se lâcher mais avec maîtrise. Exercice réussi à en juger par l'enthousiasme du public. Samedi soir, les choristes avaient réservé le même accueil à Marilys Langlois et au Melly l' Quartet, dans un magnifique concert gospel et jazz. Monique et Claudie, deux choristes du week-end, n'oublieront pas la chaleureuse équipe de Saint-Saëns et son organisation. La musique qui crée des liens, c'est tellement précieux dans ce monde difficile...

Reportage de Jean-François Vaizand


Reportage photo par ici !




Je n'ai pas encore de compte, s'enregistrer

Se connecter à mon compte