170 choristes « embarqués » à Santes

« On vous embarque », tel est le slogan de ce week-end chantant organisé par Douze et la PALJ à Santes. Un week-end chantant engagé et invitant à prendre conscience collectivement des urgences écologiques et sociales de notre société en abordant ces sujets sensibles par le biais de la musique et du « faire-ensemble ». Ainsi, le répertoire combine de nombreux aspects des dérives de notre époque sans jamais être moralisateur. 

 

Dégénération qui décrit l’évolution de la société au travers le quotidien d’une famille sur plusieurs générations ; Capitale Santé qui dénonce de façon humoristique les dérives de l’urbanisation au détriment des WEC Santesapports bénéfiques de la nature ; et Par-dessus la Terre qui traite des guerres liées aux religions. Pour mener cette barque éphémère : Guillaume Le Ray et Geoffrey Bouthors, accompagnés au piano par Antoine Houbron.

Avec le titre Dégénération  - ici harmonisé par Guillaume Le Ray, le groupe québécois Nos Aïeux annonce une certaine forme de fatalité. La chanson raconte l’histoire d’une famille sur cinq générations qui traverse la Révolution Industrielle et l’informatisation. On passe alors d’une civilisation très collective et « enracinée » à une individualisation. « C’est un titre qui n’est jamais sombre, explique Guillaume. Bien au contraire, il amène un message : vas-y ose ! Sans aucun jugement, les auteurs nous poussent à retrouver le vivre-ensemble et être-ensemble ». Avec son rythme très marqué dans le sol, le titre est entraînant et fonctionne extrêmement bien auprès des choristes.

Ambiance plus intimiste avec la plume de Jérémie Kisling et le titre Par-dessus la Terre. Dans cette chanson, l’auteur aborde les débordements des hommes au nom de la religion à la première personne où Dieu lui-même dénonce les abus faits en son nom. Il souligne le fossé entre les valeurs d’amour et de partage des religions et les actes de barbarie qui en ont découlé. « C’est un titre très touchant et pas du tout rythmique contrairement à ce que j’ai l’habitude de présenter, raconte Geoffrey. Mais il demande de la douceur et beaucoup d’implication ce qui est un beau défi ». Tout en nuances, le titre nous transporte ailleurs par son texte vif et l’instrumental très aérien.

Retour de vacances avec Capitale Santé d’Eric Toulis. Dans un esprit humoristique, le titre aborde les « joies du quotidien parisien » avec la pollution, l’absence de verdure et les espaces confinés de la métropole. Dans cette harmonisation signée Brice Baillon, la mélodie principale passe joyeusement d’un pupitre à l’autre, soulignant la légèreté presque ironique du texte. « C’est une dénonciation de l’urbanisation mais toujours dans l’humour et la bonne humeur, explique Antoine. La chanson envoie un message : il est temps de se rapprocher de la nature ».

WEC Santes2

Tout au long du week-end, les organisateurs souhaitent sensibiliser au « faire-ensemble » autour de trois axes : le partage, l’écologie et la famille.

Ainsi, un atelier choral est proposé aux enfants. « Les activités de la PALJ ont toujours été axés autour de la jeunesse. Il était important pour nous d’inclure également la nouvelle génération car ils sont notre avenir », explique Blandine Deforge. Dirigés par Anne Longbien, Louis Lefebvre et Benjamin Riez, une quinzaine d’enfants participent, comme leurs aînés, à leur propre week-end chantant. Nommé « Les P’tits Moussaillons, petites fourmis sur le même bateau », ce groupe éphémère alterne entre répétition des deux titres à monter, travaux manuels, jeux ludiques artistiques et découverte de la nature. « Les enfants confectionnent eux-mêmes leurs décors et costumes pour l’aubade. Ils sont très motivés », raconte Anne.

Afin de sensibiliser les choristes aux valeurs du week-end, l’équipe d’organisation souhaite mettre en place de petites actions conviviales. Les choristes sont ainsi invités à une « auberge espagnole » pour le repas du samedi soir ce qui permet dès les premières heures du week-end d’être dans une démarche de découverte de l’autre et de partage.

Cet aspect familial se retrouve lors du spectacle de Douze et de La Tribu. Le groupe vocal propose de se replonger dans les mémoires d’une grand-mère et retrace ses joies et ses peines et les souvenirs qu’ils ont pu avoir avec elle. A la fois drôle et touchant, le spectateur est amené à partager ces bribes de vie.

En restant dans cet esprit de communauté, le spectacle de la Tribu est la concrétisation d’un projet humain et musical hors normes. Ce chœur a la particularité d’être un groupe éphémère qui a su réunir près de 80 choristes sur 5 dimanches de répétition autour des valeurs du partage, du faire-ensemble et de la transmission.

 

 

</>

 

 

 

Mariane Patin

 

 


Je n'ai pas encore de compte, s'enregistrer

Se connecter à mon compte