Les notes « s’endimanchent » à Voreppe

Au pied de la Chartreuse et du Vercors, le premier dimanche chantant de Voreppe a exalté le bonheur de vivre de Lili Cros et Thierry Chazelle, et la gourmandise des mots d’Anne Sylvestre. Un essai réussi pour ce rendez-vous isérois organisé par Sacanotes et l’Attrape-coeur.

Voir l'album photo

 

Voreppe JF Vaizand 17 03 2019 142

Un soleil radieux, des sourires accueillants et des montagnes qui font rêver : au matin du 17 mars, le premier dimanche chantant de Voreppe (Isère) s’annonce engageant, dans la jolie salle de l’Arrosoir. Pour leur coup d’essai, la chorale Sacanotes et l’association l’Attrape-coeur ont réalisé un coup de maître. « Nous sommes 230 choristes et on a dû refuser du monde » annonce Françoise Vaysse, présidente de Sacanotes. « Après Roanne, Bourgoin-Jallieu et Loyettes, des week-ends chantants rhônalpins connus ici, on s’est décidé à organiser un premier dimanche chantant. » Sur un jour seulement donc, pour s’habituer à organiser ce type d’événement et faire encore mieux la prochaine fois.

Dans une disposition à quatre faces, les choristes trouvent vite leurs marques pour travailler les deux titres de la journée, sous la conduite de Julie Rousseau et Martin Le Ray, ceux-ci alternant leur rôle de chef et de pianiste. Tout va bien  (de Lili Cros et Thierry Chazelle, harmonisé par Martin Le Ray) entame les festivités sur un bon rythme. La chanson parle du bonheur et de la simplicité d’être ensemble, malgré les galères. Une vraie déclaration d’amour !

« C’est de l’énergie positive. On y parle de faire un bout de chemin avec quelqu’un. Voilà une belle image pour le chœur » résume Julie, à la direction. Rester fidèle au phrasé de ce titre sans perdre le rythme s’avère un vrai défi. « Il faut donner du relief à la chanson, sinon on s’ennuie » poursuit la chef. « Il manque encore la sexytude, les images, l’énergie. Je veux un truc un peu rock. »

 

« Un avant et un après »Voreppe JF Vaizand 17 03 2019 201

La matinée s’enchaîne sur Habillez-moi (d’Anne Sylvestre, harmonisé par Martin Le Ray), en lien avec le concert donné la veille par l’artiste dans la même salle, avec Julie Rousseau en première partie. Un texte très littéraire, vrai chef-d’œuvre de l’une des plus grandes de la chanson, et une mélodie entraînante. L’auteure y dit les mots des moments de « pas bien », des moments qui font mal, mais en restant dans la résilience : même cassé et désespéré, on peut renaître.

« Ce n’est pas une plainte mais un désir. Allez vers le haut » demande Martin, à la direction. « Je veux entendre la folie sur Habillez-moi. » Surprenante, changeante, la chanson prend toute sa puissance dans un 3e couplet à quatre voix. « J’aime cette écriture attentive au sens des mots et qui dit des choses simples » confie le chef.

Déjà se profile l’après-midi... Présent dans la salle, Brice Baillon, directeur artistique et musical de CC, félicite l’organisation pour cette première réussie. Martin et Julie déploient leurs recettes de bonne humeur anti-sieste pour aider à garder l’énergie, à « lâcher prise, se tromper pour progresser ». En fin d’après-midi, le public est invité à occuper les premiers rangs, au cœur du chœur, pour mieux apprécier le travail de la journée. « J’ai trouvé ici une joie de vivre, une belle humanité. C’est magnifique, ça marque. Il y a pour moi un avant et un après » s’enthousiasme Leila, qui vivait là son premier week-end chantant. « Comme à chaque week-end, ça redonne de l’énergie » ajoute sa copine Lisa, sensible au choix des titres, mais surtout à « la bienveillance, la simplicité et l’humour des chefs ».

 

 

 

Jean-François Vaizand

 

 

 


Je n'ai pas encore de compte, s'enregistrer

Se connecter à mon compte