Lézignan-Corbières chante pour les amis

Entre une ode aux amitiés d'enfance, signée Miossec, un succès indémodable de Souchon et la tendresse subtile de Presque Oui, le 3e week-end chantant en Occitanie, organisé les 11 et 12 mars, a rallié tous les suffrages.

Répertoire
chanson pour les amis, de Miossec, harmonisé par Sylvain Tardy et dirigé par Bruno Berthelat.
Danser à deux, de Thivaud Defever, Isabelle Haas et Roger Abaji, harmonisé par Pierre Marescaux et dirigé par Blandine Deforge.
Somerset Maugham, d'Alain Souchon et Laurent Voulzy, harmonisé par Christophe Allègre et dirigé par Bruno Berthelat.
 

Voir l'album photo


Une vue imprenable sur les Pyrénées, un temps doux et des noms qui sentent bon le vignoble : l'arrivée vers Lézignan-Corbières a des airs de vacances. Dans la belle salle du Palais des fêtes, le 3e week-end chantant "Corbières en choeur", organisé les 11 et 12 mars par la MJC de Lézignan, s'annonce chaleureux. Disposés en cercles concentriques autour du chef, les 130 choristes apprécient très vite l'ambiance intime des lieux. Bruno Berthelat et Blandine Deforge à la direction et Philippe Laroche au piano sont les maîtres d'oeuvre des festivités.

chanson pour les amis; fait de suite entrer dans le vif du sujet. Ce titre de Miossec, dédié  aux amis d'enfance dont on a perdu la trace, baigne dans la nostalgie, portée par une belle énergie. Déjà le choeur évolue "à l'oreille", sans partition, sous la conduite de Bruno. Celui-ci invite à "apprendre le texte par coeur et à lui donner un côté rock, épaule en avant". Peu à peu, la polyphonie est là, reste à mettre l'énergie...

Blandine enchaîne, toujours en version "par coeur", avec le pas de valse de Danser à deux.  Cette chanson, issue du répertoire du groupe Presque Oui et de Sophie Forte, instaure un jeu de questions-réponses entre hommes et femmes. Derrière l'invitation à danser, seul ou à deux, c'est le choix de vivre en couple ou en solo qui est questionné. Regards malicieux, moqueurs ou plus attendris : entraînés par le rythme, les choristes ne se font pas prier pour jouer le jeu sur ce titre drôle et tout en finesse.

Voir la carte de France des Week-ends chantants


Plus connu, Somerset Maugham, dernier titre du week-end, se révèle une vraie pépite grâce à la 3e voix de femmes, celle des mezzos, s'ajoutant aux sopranos et altos. Souchon y exprime le mal-être de l'homme fragile, incapable de rivaliser avec les héros d'aventure décrits par l'écrivain britannique. Résultat garanti pour le choeur : une polyphonie envoûtante et un son magique, à condition de "ne rien lâcher, d'être vivant pour raconter l'histoire", selon les conseils de Bruno.

La pédagogie par le jeu

"J'ai rarement vu des chefs aussi dynamiques" confie Annie, de Lézignan, pendant une pause. "Ils sont très forts, souples et agréables" renchérit Marcel, de Nîmes. "Leur pédagogie par le jeu est rassurante et efficace. Et il règne une ambiance joyeuse dans ce week-end, très bien préparé et organisé." Même pendant le repas, on chante à Lézignan, sur des airs improvisés... Le samedi soir, la fête va continuer en beauté avec un concert des Meuf' In. Quatre voix de femmes pour raconter l'univers féminin, avec un humour décalé et une scénographie astucieuse. Du talent à l'état pur, qui gagnerait à être mieux connu.

Dimanche matin, les choristes retrouvent leur espace de jeux, sans chaises ni partitions, pour réactiver la mémoire et se concentrer. Les hommes sont priés de "casser la vaisselle" pour donner du poids aux mots de "Danser à deux". La "Chanson pour les amis" devient l'hymne du dimanche. Et il faut "faire danser les mots" de "Somerset Maugham" pour mieux exprimer leur sens. La confiance est là pour la prestation finale. Les titres ont plu, l'ambiance était chaleureuse. "Cela fait plaisir à voir" conclut Marjolaine Hamelin, qui a coordonné l'organisation du week-end avec Jean-Marie Damas. "Et cela change la vision du chant choral."
 
Jean-François Vaizand