Week-end Chantant de Saint Saëns... Allez viens, j’t’emmène au chant !

 
Voyage, voyage 
Les 203 choristes réunis pour l’occasion ont pris le large pour une destination répertoire autour du voyage. “Année internationale du tourisme durable pour le développement” oblige. Voyage dans l’espace, voyage dans le temps, voyage intérieur… Philippe Lefrançois, chef de choeur de la chorale Ensemble, et l’équipe de Chanson Contemporaine ont concocté un itinéraire pour le moins dépaysant, embarqués par un équipage de choc. Accompagnés de Philippe Laroche, déjà pianiste lors de la première édition en 1993, la solaire Caroline Magoules et Brice Baillon, directeur artistique malicieux qui signe les trois harmonisations du week-end, ont proposé :

On the road again, de Bernard Lavilliers ( BL/Sebastian Santa Maria)
J’t’emmène au vent, de Louise Attaque (Gaëtan Roussel et al.)
Disneyland de Zoé (Zoé Gilbert.Vincent Delbushaye/Jean-Luc Fafchamps)

Un répertoire qui ravit Nathalie Larvor, présidente de la chorale Ensemble, pour qui “On the road again" est un voyage dans le souvenir à plus d’un titre, sa première participation aux Nuits de Champagne remontant à l’édition consacrée à Bernard Lavilliers. Philippe Lefrançois explique la vision de l’accueil des 49 chorales représentées : “On veut que les gens n’aient rien d’autre à penser que chanter”. C’est réussi. La bonne humeur est de mise dans la salle “Le Vivier”, décorée pour l’occasion avec force cartes postales, mappemondes et boussoles. Des choristes, logées chez l’habitant, savourent “les rencontres avec les gens… et les chansons”, portées par des chefs de choeur qui “mettent la barre haut”.
 

Voir l'album photo


Comme la chanson “Disneyland” qu’elle dirige, Caroline dresse un panorama des productions Disney, pour amener les chanteurs à vivre la chanson au plus juste. D’ailleurs, les choristes apprécient que la cheffe “donne du sens à chaque texte”. L’intéressée se confie : “c’est ma quatrième année ici, une vraie histoire d’amour ! Alors j’ai voulu en raconter une, au rire à la fois grinçant et léger, qui soit aussi voyage dans nos souvenirs d’enfance, et l’occasion de découvrir une jeune artiste : Zoé.” Et comme Chanson Contemporaine aime à faire découvrir de nouveaux talents, la chanteuse belge avait déjà eu droit en 2015 à un Week-End Chantant autour de son répertoire, à Namur.

 

Revoir l'article du week-end chantant de Namur

 
Brice, lui, mise sur le pouvoir des images et de la suggestion comme moyens mnémotechniques pour faire intégrer un choix d’interprétation, une nuance, une énergie. Bref, prendre l’expression “direction de choeur” au pied de la lettre : donner une direction, pour raconter une histoire. Pour lui, “On the road again”, c’est les plateaux d’Irlande, du bleu, du vent, du gris, des sensations… c’est aussi ça, le voyage !”. Enthousiasmé à l’idée de travailler sur Lavilliers, le pédagogue voit en lui “un voyageur un peu hors-pair, le voyageur de la chanson par excellence”.

Outre la rengaine nostalgique et très intérieure du baroudeur de la chanson française, Brice défend pour la première fois face à un choeur une harmonisation toute fraîche du tube de Louise Attaque “J’t’emmène au vent”. Pour lui, cette invitation - presque une invective - à l’énergie rock est “un peu le pendant à la chanson “Jef” de Jacques Brel, et très adaptée au collectif du choeur”. Un collectif au sein duquel on apprend plus que des chansons.

Un itinéraire formateur
Céline, qui chante au sein de la chorale Ensemble de Saint-Saëns, relaie également Philippe Lefrançois sur certains titres en tant que jeune “apprentie cheffe de choeur”. Elle qui n’avait jamais dirigé avant de découvrir les Ateliers de la chanson chorale, organisés par Chanson Contemporaine, y retourne chaque été pour se perfectionner. Des membres du choeur confient même remarquer ses progrès à chaque fois qu’elle revient de formation, financée en partie par la chorale. Céline avoue profiter doublement de ce Week-End Chantant “en tant que choriste et en tant que cheffe de choeur en formation”. Pour elle, c’est “un week-end tout bénef’ !”.
 
Formateur en direction de choeur, Brice Baillon met en pratique ce qu’il enseigne aux jeunes chefs de choeurs comme Céline. Et il dispose pour cela, le temps d’un week-end, d’un laboratoire éphémère : “Les Week-Ends Chantants sont fabuleux car c’est toujours une nouvelle aventure. On peut prévoir tous les stratagèmes qu’on veut. Arrive toujours un moment où il faut trouver d’autres armes, des trucs”. Devant un tel groupe point l’interrogation : “comment mobiliser la bonne humeur, d’un si grand choeur dans cet espace, comment rester dans la bienveillance tout en restant efficace ?”. Sans prononcer un seul mot pendant plusieurs minutes, le chef parvient à canaliser l’énergie du choeur au service de la chanson. Parvenant à “obliger sans contrainte”, il constate : “C’est un jeu, et ça permet de monter des couplets et des refrains en un claquement de doigts”. Un savoir-faire qui donne envie à certains choristes de s’essayer à la direction de choeur lors des Ateliers de la Chanson Chorale, où l’on peut également se former en tant que pianiste accompagnateur et, qui sait, devenir le prochain Philippe Laroche.
 

En savoir plus sur les formations Chanson Contemporaine


Et comme on n’apprend pas qu’en chantant, mais aussi en écoutant, ce Week-End Chantant était ponctué, le samedi soir, d’un concert salué par des applaudissements nourris - et mérités. Le choeur Presto de la Maîtrise de Seine-Maritime offrait au public un programme a cappella en l’Église de Saint-Saëns. Ce jeune choeur (tout juste deux ans d’existence), composé de chanteurs de 15 à 25 ans, a interprété, sous la direction de Mathias Charton, un vaste répertoire voyageant tant dans l’espace que dans le temps, des chants Renaissance à la pop contemporaine, en passant par des Negro Spirituals et le chant scandinave. Un moment de grâce servi une acoustique à la hauteur de l’événement.

Au bout du chemin
Après une bonne nuit de sommeil, les choristes ont pu découvrir, dimanche matin, leur salle réorganisée en arène, à la demande des chefs de choeur. Dans cette nouvelle disposition, la concentration et la bonne humeur restent de mise, après le réveil corporel et vocal. Les chanteurs ont jusqu’à 16h pour perfectionner leur interprétation en vue de l’aubade donnée en fin d’après-midi. La journée avance avec humour et sourires, puis vient l’heure de réaménager la salle pour accueillir le public. Pas loin d’une centaine de curieux sont venus s’amasser dans la salle Le Vivier pour écouter ce “choeur éphémère”.

Après quelques explications sur le fonctionnement d’une répétition chorale, le public a pu donner de la voix sur “Voyage, Voyage” de Desireless et “Emmenez-moi” de Charles Aznavour. Puis, le choeur emmena les spectateurs en voyage le temps d’interpréter les trois titres travaillés durant le week-end. Arrivé à bon port, le public, conquis, salua la performance avant une dernière escale bien méritée : un verre de l’amitié, durant lequel une choriste résumera ce Week-End Chantant à la presse locale en ces mots : “Que du bonheur”.

Voir la carte de France des Week-ends chantants

Jordan Thil